K-pop, soft power et culture globale / Vincenzo Cicchelli et Sylvie Octobre

Auteur principal:
Cicchelli, Vincenzo, 1970-...., Auteur
Co-auteur:
Octobre, Sylvie, 19..-...., Auteur
Édition :
Paris : Presses universitaires de France - Humensis : DL 2022
Description :
1 vol. (314 p.) : couv. ill. en coul. ; 22 cm
ISBN :
978-2-13-083050-4; br. Sudoc
2-13-083050-1
Langue :
français
Sujets :
K-pop -- Corée (République)
Culture de masse -- Corée (République)
Culture populaire -- Corée (République)
Diffusion de la culture -- Corée (République)
Diplomatie publique -- Corée (République)
Localiser ce document dans d'autres bibliothèques
Plus d'infos : Moins d'infos :
Notes générales :
PUF = Presses universitaires de France
Résumé :
Qu’ont en commun le groupe de pop BTS et la série "Squid Game" ? Tous deux appartiennent à la nouvelle vague de produits culturels sud-coréens, connue sous le nom de "Hallyu", qui déferle sur le monde et surprend par l’engouement qu’elle suscite. Cet ouvrage, le premier en langue française consacré au sujet, montre comment cette pop culture, fruit de l’écosystème politique et économique sud-coréen, mise sur l’exportation massive de produits culturels à l’esthétique innovante. En s’appuyant sur ces leviers de "soft power", la Corée du Sud promeut une globalisation culturelle alternative à l’hégémonie américaine et japonaise dans le domaine des imaginaires juvéniles. À travers de nombreux entretiens, les deux auteurs analysent la ferveur des jeunes fans français, qui ne s’appuie sur aucune proximité culturelle préexistante, témoigne d’une nouvelle ouverture esthétique et les autorise à imaginer des ailleurs désirables, par-delà les assignations de genre, de classe ou d’origine. Vincenzo Cicchelli est maître de conférence à l'Université de Paris, chercheur au Ceped (Université de Paris/IRD) et chargé de cours à Science PO. Sylvie Octobre est chargée d'études au ministère de la Culture (Deps-Doc), chercheuse au Centre Max Weber et chargée de cours à Science Po.
List(s) this item appears in: Nouveautés - juillet 2022
Item type Current location Call number Copy number Status Date due Barcode Item holds
Livre Bibliothèque de Sciences Po Lyon
Niveau 0 - Nouveautés
023 CIC (Browse shelf) Art et culture Available S0410005636
Total holds: 0

PUF = Presses universitaires de France

Bibliogr. p. 287-[309]

Qu’ont en commun le groupe de pop BTS et la série "Squid Game" ? Tous deux appartiennent à la nouvelle vague de produits culturels sud-coréens, connue sous le nom de "Hallyu", qui déferle sur le monde et surprend par l’engouement qu’elle suscite. Cet ouvrage, le premier en langue française consacré au sujet, montre comment cette pop culture, fruit de l’écosystème politique et économique sud-coréen, mise sur l’exportation massive de produits culturels à l’esthétique innovante. En s’appuyant sur ces leviers de "soft power", la Corée du Sud promeut une globalisation culturelle alternative à l’hégémonie américaine et japonaise dans le domaine des imaginaires juvéniles. À travers de nombreux entretiens, les deux auteurs analysent la ferveur des jeunes fans français, qui ne s’appuie sur aucune proximité culturelle préexistante, témoigne d’une nouvelle ouverture esthétique et les autorise à imaginer des ailleurs désirables, par-delà les assignations de genre, de classe ou d’origine. Vincenzo Cicchelli est maître de conférence à l'Université de Paris, chercheur au Ceped (Université de Paris/IRD) et chargé de cours à Science PO. Sylvie Octobre est chargée d'études au ministère de la Culture (Deps-Doc), chercheuse au Centre Max Weber et chargée de cours à Science Po. 4e de couverture

P. 11 Préambule. BTS, crête de la Hallyu P. 17 Introduction. La Hallyu, une pop culture globale esthétisée P. 19 I. La pop culture globale P. 24 II. La Hallyu : enfant de la pop culture globale P. 30 III. Une approche monographique de la Hallyu P. 39 Chapitre 1. Le capitalisme de l’entertainment, stade suprême du capitalisme esthétique ? P. 41 I. Critique du capitalisme esthétique P. 46 II. Le cadre du capitalisme sud-coréen P. 54 III. Les traits distinctifs du capitalisme de l’entertainment P. 65 Chapitre 2. Une globalisation alternative de la pop culture P. 66 I. Dans l’arène de la pop culture globale P. 71 II. Le magistère états-unien P. 80 III. La construction d’une alternative P. 95 Chapitre 3. Du soft power au sweet power P. 96 I. Diplomatie culturelle et industries culturelles P. 103 II. La Corée du Sud, une marque globale P. 117 III. Le sweet power sud-coréen P. 127 Chapitre 4. Théorie des affinités électives cosmopolites P. 128 I. L’appétence pour la Hallyu P. 135 II. Le travail de l’amateur cosmopolite P. 142 III. La Corée du Sud, cette illustre inconnue P. 147 IV. Le pont japonais P. 153 V. Portrait du jeune fan de la Hallyu P. 157 Chapitre 5. D’une vague à l’autre : esthétique et intimité numérique P. 158 I. Tourner le dos aux cultures dominantes P. 171 II. À l’école des mangas et des anime P. 177 III. L’irrésistible canon esthétique sud-coréen P. 189 IV. Les ressources de l’intimité numérique P. 197 Chapitre 6. Enchantements et désenchantements de l’ailleurs P. 198 I. La Hallyu et la culture sud-coréenne P. 203 II. Les lumières sud-coréennes P. 215 III. L’envers du décor P. 235 Chapitre 7. Se singulariser avec la Hallyu P. 236 I. Grandir avec la Hallyu P. 247 II. Les épreuves d’une passion minoritaire P. 253 III. La Hallyu comme empowerment cosmopolite P. 264 IV. Dis Hallyu, dessine-moi un avenir P. 279 Conclusion. La Hallyu au-delà de la pop culture P. 280 I. Une nouvelle hégémonie culturelle ou une globalisation multipolaire ? P. 283 II. La portée politique de la Hallyu