La tyrannie du mérite / Michael J. Sandel

Auteur principal:
Sandel, Michael J., 1953-...., Auteur
Co-auteur:
Busekist, Astrid von, 1967-...., Traducteur
Édition :
Paris : Albin Michel : DL 2021
Description :
1 vol. (377 p.) : couv. ill. en coul. ; 23 cm
ISBN :
978-2-226-44559-9; br. Sudoc
Langue :
français, anglais
Sujets :
Bien commun
Justice sociale
Mérite -- Aspect politique
Inégalité sociale
Statut social
Localiser ce document dans d'autres bibliothèques
Plus d'infos : Moins d'infos :
Notes générales :
Le bandeau de la couverture indique en plus : "Qu'avons-nous fait du bien commun ?"
List(s) this item appears in: Nouveautés - août 2021

Le bandeau de la couverture indique en plus : "Qu'avons-nous fait du bien commun ?"

Notes bibliogr. et index

Nous vivons une époque dangereuse pour la démocratie, une époque qui creuse les écarts entre gagnants et perdants. En cause, l'idéal de la méritocratie qui, généralement associé au fonctionnement régulier des institutions démocratiques, à l'autonomie et à la liberté des citoyens, et à une certaine forme de justice sociale, apparaît fondamentalement vicié et in fine inégalitaire, conduisant les sociétés occidentales à une véritable « tyrannie du mérite ». La conséquence est un mélange de colère et de frustration qui a alimenté les protestations populistes et la polarisation extrême - le Brexit au Royaume-Uni, comme l'élection de Donald Trump aux Etats-Unis, était un verdict sans appel, qui traduit les inquiétudes et l'exaspération suscitées par des décennies d'inégalité croissante, et par une mondialisation qui ne profite qu'aux élites tout en donnant aux citoyens ordinaires le sentiment d'être démunis. Face aux écueils d'une méritocratie qui engendre excès d'orgueil et humiliation, Michael J. Sandel rappelle qu'il est plus que jamais nécessaire de revoir notre position vis-à-vis du succès et de l'échec, en prenant davantage en compte la part de chance qui intervient dans toutes les affaires humaines et en prônant une éthique de l'humilité plus favorable au bien commun 4e de couverture