Lyon, la « dissidanse rose » Vies homosexuelles à Lyon dans les années 1970 / Idier Antoine

Auteur :
Idier Antoine
Sous la direction de :
Payre Renaud
Édition :
2010
Description :
145 p.
Sujets :
homosexuel
homosexualité
gay
Groupe de libération homosexuel
GLH
sexualité
Lyon
pissotière
tasse
Documents en intranet :
Ressource en ligne : version HTML
Ressource en ligne : version PDF
Plus d'infos : Moins d'infos :
Diplôme :
Mémoire de séminaire
Résumé :
Ce mémoire se propose de décrire la vie homosexuelle à Lyon dans les années 1970, en explorant trois pistes. Une première partie s'intéresse aux lieux de sociabilité homosexuelle : la subculture gay se compose à la fois de "lieux commerciaux" (bars, boîtes,etc.) qui se multiplient et se transforment et de lieux de drague en plein air, principalement les pissotières, surnommées les tasses. Une deuxième partie étudie les mobilisations homosexuelles, en particulier les mobilisations du Groupe de libération homosexuel (GLH) de Lyon, actif de 1976 à 1979. Fortement liés aux mouvements d'extême-gauche de la Croix-Rousse, le GLH nourrit une réflexion théorique et politique sur la situation des homosexuels. Enfin, la troisième et dernière partie soulève plusieurs hypothèses sur la répression de l'homosexualité et les liens entretenus entre les patrons de bar/boites, policiers et mileu des truands.
Item type Current location Call number Status Date due Barcode Item holds
Non prêtable Bibliothèque de Sciences Po Lyon
Magasin
Not for loan (travetu-papier)2730
Consultation électronique Consultation électronique Bibliothèque de Sciences Po Lyon
Available (travetu-elect)2730
Total holds: 0

Ville et pouvoir urbain Mémoire de séminaire

Ce mémoire se propose de décrire la vie homosexuelle à Lyon dans les années 1970, en explorant trois pistes. Une première partie s'intéresse aux lieux de sociabilité homosexuelle : la subculture gay se compose à la fois de "lieux commerciaux" (bars, boîtes,etc.) qui se multiplient et se transforment et de lieux de drague en plein air, principalement les pissotières, surnommées les tasses. Une deuxième partie étudie les mobilisations homosexuelles, en particulier les mobilisations du Groupe de libération homosexuel (GLH) de Lyon, actif de 1976 à 1979. Fortement liés aux mouvements d'extême-gauche de la Croix-Rousse, le GLH nourrit une réflexion théorique et politique sur la situation des homosexuels. Enfin, la troisième et dernière partie soulève plusieurs hypothèses sur la répression de l'homosexualité et les liens entretenus entre les patrons de bar/boites, policiers et mileu des truands.