Entre culte et culture, le patrimoine catholique en France de 1789 à aujourd'hui / des Lys Ruffier d'Epenoux Marie

Auteur :
des Lys Ruffier d'Epenoux Marie
Sous la direction de :
Papaefthymiou Sophie
Édition :
2010
Description :
131 p.
Sujets :
patrimoine
exercice du culte
laïcité
relations de l’Eglise et de l’Etat
biens cultuels
loi de séparation de l’Etat et des Eglises
affectation cultuelle
édifices du culte
religions
Documents en intranet :
Ressource en ligne : version HTML
Ressource en ligne : version PDF
Plus d'infos : Moins d'infos :
Diplôme :
Mémoire de séminaire
Résumé :
Les biens cultuels catholiques ne sont ni des biens du patrimoine ni des biens affectés à un culte comme les autres. En effet, ils sont caractérisés par une double nature cultuelle et culturelle. De fait, rattachés à la culture et au culte, leur statut est le reflet des relations de l’Eglise et de l’Etat.Depuis 1789, la Révolution française a bouleversé le statut des biens religieux en France. Elle a débuté leur laïcisation, processus que va poursuivre la loi de 1905 et qui semble aujourd’hui atteindre son achèvement. En effet, de plus en plus de municipalités sont tentées de voir en ces lieux leurs nouvelles salles de concerts, au détriment de leur affectation cultuelle.
Item type Current location Call number Status Date due Barcode Item holds
Non prêtable Bibliothèque de Sciences Po Lyon
Magasin
Not for loan (travetu-papier)2771
Consultation électronique Consultation électronique Bibliothèque de Sciences Po Lyon
Available (travetu-elect)2771
Total holds: 0

Art, politique et management Mémoire de séminaire

Les biens cultuels catholiques ne sont ni des biens du patrimoine ni des biens affectés à un culte comme les autres. En effet, ils sont caractérisés par une double nature cultuelle et culturelle. De fait, rattachés à la culture et au culte, leur statut est le reflet des relations de l’Eglise et de l’Etat.Depuis 1789, la Révolution française a bouleversé le statut des biens religieux en France. Elle a débuté leur laïcisation, processus que va poursuivre la loi de 1905 et qui semble aujourd’hui atteindre son achèvement. En effet, de plus en plus de municipalités sont tentées de voir en ces lieux leurs nouvelles salles de concerts, au détriment de leur affectation cultuelle.