Normal view MARC view ISBD view

Les éditocrates. 2, Le cauchemar continue / Sébastien Fontenelle, Mona Chollet, Laurence De Cock... [et al.]

Auteur principal:
Fontenelle, Sébastien, Auteur
Co-auteur:
Chollet, Mona, 1973-...., Auteur
De Cock, Laurence, Auteur
Cyran, Olivier, Auteur
Édition :
Paris : la Découverte : DL 2018
Description :
1 vol. (158 p.) : couv. ill. ; 22 cm
Collection :
Cahiers libres
ISBN :
978-2-7071-9613-2; br. Sudoc
Langue :
français
Sujets :
Éditoriaux -- Évaluation -- France -- 1990-
Journalistes -- Déontologie -- France -- 1990-
Médias -- Évaluation -- France -- 1990-
Localiser ce document dans d'autres bibliothèques
Item type Current location Call number Status Date due Barcode Item holds
Prêt ouvrages Bibliothèque de Sciences Po Lyon
Niveau 0
070.1 FON (Browse shelf) Available S0410002136
Total holds: 0

Autre contribution : Olivier Cyran (auteur)

Notes bibliogr.

La 4e de couverture indique : "Ils sont partout : dans les journaux, à la radio, à la télévision, sur les réseaux sociaux. Du matin au soir et du soir au matin, sur tous les tons et par tous les temps, ils débitent tous (à peu près) les mêmes poncifs en s'(auto)félicitant de lever les non-dit. Se flattant sur les plateaux de tenir un discours "incorrect", ils accusent gravement leurs adversaires d'étouffer le "débat" par leur omniprésence... Publié en 2009, Les Editocrates, ou comment parler de (presque) tout en racontant (vraiment) n'importe quoi faisait le portrait savoureux de dix de ces prophètes des temps modernes. Près de dix ans plus tard, il était urgent de compléter la galerie. Cer le cauchermar continue. Après la prolifération des canaux de diffusion (chaînes de télé, Facebook, Twitter, etc.), la corporation éditocratique s'est partiellement renouvelée : elle s'est (légèrement) rajeunie et (un peu) féminisée. Mais surtout : elle s'est dangereusement radicalisée. L'éditocratie a toujours des avis sur (presque) tout. mais, plus obsessionnelle que jamais, elle s'acharne sur celles et ceux qui ne lui ressemblent pas, et qui incarnent par conséquent le mal absolu : "le chômeur", "le syndicaliste", "le migrant", "le musulman"... S'appuyant sur des démonstrations d'où le réel a été complétement banni, les éditocrates, toujours insensibles aux contestations citoyennes de leur magistère, continuent donc de fabriquer du consentement. Mais c'est avec une brutalité et un cynisme largement inédits qu'ils oeuvrent aujourd'hui au formatage des esprits. Jusqu'à quand ?"