Normal view MARC view ISBD view

Comment notre monde est devenu cheap : une histoire inquiète de l'humanité / Raj Patel et Jason W. Moore

Auteur principal:
Patel, Raj, 1972-...., Auteur
Co-auteur:
Moore, Jason W., Auteur
Auteur secondaire:
Vesperini, Pierre, Traducteur
Édition :
[Paris] : Flammarion : DL 2018
Description :
1 vol. (335 p.) : ill., cartes ; 22 cm
ISBN :
978-2-0813-8188-9; br. Sudoc
Langue :
français, anglais
Sujets :
Capitalism
Human ecology -- Economic aspects
Écologie humaine -- Aspect économique
Capitalisme
Économie de marché
Marchandisation
Localiser ce document dans d'autres bibliothèques
List(s) this item appears in: 2019-05-16 - Conférence Global Health
Item type Current location Call number Status Date due Barcode Item holds
Prêt ouvrages Bibliothèque de Sciences Po Lyon
Niveau 1
330.122 PAT (Browse shelf) Available S0410002002
Total holds: 0

Bibliogr. p. 280-[332]. Notes bibliogr. en fin d'ouvrage

La 4e de couverture indique : "« Cheap » ne veut pas simplement dire « bon marché ». Rendre une chose « cheap » est une façon de donner une valeur marchande à tout, même à ce qui n'a pas de prix. Ainsi en va-t-il d'un simple nugget de poulet. On ne l'achète que 50 centimes, alors qu'une organisation phénoménale a permis sa production : des animaux, des plantes pour les nourrir, des financements, de l'énergie, des travailleurs mal payés... Déjà, au XIVe siècle, la cité de Gênes, endettée auprès des banques, mettait en gage le Saint-Graal. Christophe Colomb, découvrant l'Amérique, calculait ce que valent l'eau, les plantes, l'or... ou les Indiens. Au XIXe, les colons britanniques interdisaient aux femmes de travailler pour les cantonner aux tâches domestiques gratuites. Jusqu'à la Grèce de 2015, qui remboursait ses dettes en soldant son système social et ses richesses naturelles. Le capitalisme a façonné notre mondre : son histoire, d'or et de sang, est faite de conquêtes, d'oppression et de résistances. En la retraçant sous l'angle inédit de la « cheapisation », Raj Patel et Jason W. Moore offrent une autre lecture du monde. De cette vision globale des crises et des luttes pourrait alors naître une ambition folle : celle d'un monde plus juste."