Normal view MARC view ISBD view

Fake news : la grande peur / François-Bernard Huyghe

Auteur principal:
Huyghe, François-Bernard, 1951-...., Auteur
Édition :
Versailles : V.A. Éditions : 2018
Description :
1 vol. (150 p.) : couv. ill. ; 21 cm
Collection :
Influences & conflits
ISBN :
979-10-93240-57-2; br. Sudoc
Langue :
français
Sujets :
Infox
Internet et propagande
Médias -- Influence
Médias -- Objectivité
Désinformation
Localiser ce document dans d'autres bibliothèques
List(s) this item appears in: Les maux de l'information
Item type Current location Call number Status Date due Barcode Item holds
Prêt ouvrages Bibliothèque de Sciences Po Lyon
Niveau 0
042 HUY (Browse shelf) Available S0410000767
Total holds: 0

Notes bibliogr.

Les « fakes » (fausses nouvelles), les théories du complot, l'intoxication en ligne ou la prolifération des faits dits alternatifs ou de révélations imaginaires..., tout cela mobilise des vérificateurs et dénonciateurs dans la presse, dans les gouvernements et même chez les grands du Net. La montée du faux est sensée expliquer des votes irrationnels (Brexit, Trump), voire annoncer une ère de la « post-vérité » où les masses deviendraient comme indifférentes aux faits vérifiés. Au final, ce seraient autant de menaces pour la démocratie. Chacun peut-il choisir les versions de la réalité conformes à ses préjugés et les communautés en ligne vont elles s'isoler de plus en plus dans des univers imaginaires partagés ? Au détriment de la vérité commune. Si tel est le cas, il faut se demander pourquoi une fraction de la population est devenue si rétive aux évidences que professent médias ou experts, d'où vient ce scepticisme de masse et comment se propage l'affabulation. Prolongeant ses travaux sur la désinformation, l'auteur montre les ressorts culturels, psychologiques et technologiques de la prolifération des impostures et délires. Il analyse aussi la coupure politique entre des élites convaincues que leurs convictions raisonnables ne peuvent être remises en cause que par volonté de manipulation et, d'autre part, des communautés « anti-système » insensibles au pouvoir des médias classiques. Le livre pose la question de l'impuissance idéologique à maintenir un consensus sur le réel. Mais il analyse aussi le pouvoir inédit des technologies de communication et le conflit entre les médias, les vieilles machines à faire-croire et les nouveaux réseaux du croire ensemble. Un monde où personne ne croit plus rien, où chacun croit ce qui lui plaît ou une crise de confiance dans les anciennes machines à faire croire ? éditeur

Click on an image to view it in the image viewer