Le ventre des femmes : capitalisme, racialisation, féminisme / Françoise Vergès

Auteur principal:
Vergès, Françoise, 1952-...., Auteur
Édition :
Paris : Albin Michel : DL 2017
Description :
1 vol. (229 p.) : couv. ill. ; 23 cm
Collection :
Bibliothèque Albin Michel Idées
ISBN :
978-2-226-39525-2; br. Sudoc
Langue :
français
Sujets :
Politique démographique -- La Réunion (France ; île) -- 1945-1970
Régulation des naissances -- La Réunion (France ; île) -- 1945-1970
Femmes -- Droits -- La Réunion (France ; île) -- 1945-1970
Discrimination raciale -- La Réunion (France ; île) -- 1945-1970
Féminisme -- Aspect politique -- France -- 1945-1970
Localiser ce document dans d'autres bibliothèques
Item type Current location Call number Status Date due Barcode Item holds
Prêt ouvrages Bibliothèque de Sciences Po Lyon
Niveau 1
305.48 VER (Browse shelf) Available s0410000346
Total holds: 0

Notes bibliogr.

"Dans les années 1960-1970, l'État français encourage l'avortement et la contraception dans les départements d'outre-mer alors même qu'il les interdit et les criminalise en France métropolitaine. Comment expliquer de telles disparités ? Partant du cas emblématique de La Réunion où, en juin 1970, des milliers d'avortements et de stérilisations sans consentement pratiqués par des médecins blancs sont rendus publics, Françoise Vergès retrace la politique de gestion du ventre des femmes, stigmatisées en raison de la couleur de leur peau. Dès 1945, invoquant la "surpopulation"de ses anciennes colonies, l'État français prône le contrôle des naissances et l'organisation de l'émigration ; une politique qui le conduit à reconfigurer à plusieurs reprises l'espace de la République, provoquant un repli progressif sur l'Hexagone au détriment des outre-mer, où les abus se multiplient. Françoise Vergès s'interroge sur les causes et les conséquences de ces reconfigurations et sur la marginalisation de la question raciale et coloniale par les mouvements féministes actifs en métropole, en particulier le MLF. En s'appuyant sur les notions de genre, de race, de classe dans une ère postcoloniale, l'auteure entend faire la lumière sur l'histoire mutilée de ces femmes, héritée d'un système esclavagiste, colonialiste et capitaliste encore largement ignoré aujourd'hui." [Source : 4e de couv.]