Normal view MARC view ISBD view

Histoire du Maroc depuis l'indépendance / Pierre Vermeren

Auteur principal:
Vermeren, Pierre, 1966-...., Auteur
Mention d'édition :
4e édition
Édition :
Paris : la Découverte : DL 2016
Description :
1 vol. (127 p.) : cartes, couv. ill. en coul. ; 18 cm
Collection :
Repères
ISBN :
978-2-7071-9065-9; br. Sudoc
Langue :
français
Sujets :
Printemps arabe (2010-....)
Morocco -- 1956-
Morocco -- Politics and government -- 1956-
Maroc -- 1956-
Maroc -- Politique et gouvernement -- 1956-
Localiser ce document dans d'autres bibliothèques
Plus d'infos : Moins d'infos :
Notes générales :
La couverture et la 4ème de couverture portent par erreur "Cinquième édition"
Item type Current location Call number Status Date due Barcode Item holds
Prêt ouvrages Bibliothèque de Sciences Po Lyon
Niveau 1
961 VER (Browse shelf) Available 0400136037
Total holds: 0

La couverture et la 4ème de couverture portent par erreur "Cinquième édition"

Bibliogr. p. [120]-123. Chronologie

La 4e de couverture indique : "Le 2 mars 1956, le Maroc recouvre son indépendance, après quarante-quatre années de protectorat. De 1956 à 1961, Mohammed V restaure la puissance de son trône, rendant possible le règne de son fils Hassan II (1961-1999), qui consolide l'intégrité territoriale du pays. En 1965, Ben Barka paye de sa vie son opposition au régime, mais l'instabilité persiste et culmine lors des coups d'État de 1971 et 1972. Hassan II reconstruit alors un pouvoir ébranlé par le consensus autour de la récupération du Sahara, mais au prix des « années de plomb ». Après 1991, le Maroc s'engage dans un processus d'ouverture à petit pas qui conduit à l'alternance de 1998. L'avènement de Mohammed VI en 1999 précipite une transition aux exigences contradictoires : dissocier monarchie et « années de plomb », incorporer les islamistes au champ politique sans partage du pouvoir, améliorer la gouvernance tout en contenant la menace terroriste... Mais tout se précipite au rythme des évènements de l'histoire : les attentats de 2003, qui relancent l'hypothèque autoritaire, puis les printemps arabes de 2011, qui placent la monarchie au pied du mur : réformer à chaud pour sauver l'essentiel."